Describing the categories of people that contribute to an Emergency Centre crowd at Khayelitsha hospital, Western Cape, South Africa

Description des catégories de personnes contribuant à l’affluence dans un service des urgences public urbain de la ville du Cap, en Afrique du Sud

Ahiable, Emmanuel ; Lahri, Sa ad ; Bruijns, Stevan (2017-06)

CITATION: Ahiable, E., Lahri, S. & Bruijns, S. 2017. Describing the categories of people that contribute to an Emergency Centre crowd at Khayelitsha hospital, Western Cape, South Africa. African Journal of Emergency Medicine, 7(2):68–73. doi:10.1016/j.afjem.2017.01.001.

The original publication is available at https://www.afjem.org

Article

Introduction: Emergency Centre (EC) crowding has globally been recognised to adversely affect patients, staff and visitors. Anecdotally, local ECs are perceived to be fairly crowded, however, not much is known about the size of this crowd and what constitutes it. Although more reliable, resource restrictions render more detailed flow studies less achievable. This study describes the EC crowd at Khayelitsha hospital in Cape Town, South Africa as the number and different categories of people, at predefined times during the day over a four-week period. Methods: A prospective, cross-sectional design was used. Headcounts were made by predefined groups at 09h00, 14h00, and 21h00 every day for four weeks. Predefined groups included doctors, nurses, visitors, patients, and other allied health staff. Summary statistics were used to describe the data. Precision was described using the 95% confidence interval. Results: A total of 16,353 people were counted during the study period. On average, 6370 (39%) of the groups were staff, 5231 (32%) were patients and 4752 (29%) were visitors. Of the staff, 586 (3.6%) were EC doctors, 733 (4.4%) were non-EC doctors, 1488 (9%) were EC nurses, and 445 (3%) were non-EC nurses. Although patient numbers in the EC remained constant, visitors and non-EC staff varied significantly with visitors peaking in the afternoon and non-EC staff drastically reducing in the evening. The EC was consistently crowded – average occupancy: 130%. Conclusion: Staff levels fluctuated predictably, reducing at night and over weekends, while patient levels remained constant. Non-EC doctors more than doubled during the day on week shifts, in significantly more numbers thanEC doctors, suggesting thatmany of the patients in the ECwere likely to be admissions boarding in the EC. Visitor numbers were substantial during visiting hours and further aggravated crowding. Resourcelight studies involving flow are important to explore crowding in low- and middle income settings.

Introduction: La foule présente dans les Services des urgences (SU) a été globalement reconnue comme affectant négativement les patients, les employés et les visiteurs. Nous savons que les SU locaux sont perçus comme relativement bondés, cependant, peu d’informations sont disponibles sur l’ampleur de cette affluence et les personnes qui la composent. Les études de flux plus détaillées, bien que plus fiables, sont rendues plus difficiles par les restrictions de ressources. Cette étude décrit l’affluence au SU de l’hôpital de Khayelitsha selon le nombre et les différentes catégories de personnes qui s’y trouvent à des horaires prédéfinis d’une journée, sur une période de quatre semaines. Méthodes: Une étude transversale et prospective a été utilisée. Le dénombrement a été réalisé selon des groupes prédéfinis à 09h00, 14h00 et 21h00 tous les jours pendant quatre semaines. Les groupes prédéfinis étaient constitués des médecins, infirmières, visiteurs, patients et autre personnel médical affilié. Des statistiques sommaires ont été utilisées pour décrire les données. La précision a été décrite en utilisant un intervalle de confiance de 95%. Résultats: au total, 16,353 personnes ont été comptabilisées au cours de la période couverte par l’étude. En moyenne, 6370 (39%) personnes étaient des employés, 5231 (32%) étaient des patients et 4752 (29%) étaient des visiteurs. Parmi les employés, 586 (3,6%) étaient des médecins du SU, 733 (4,4%) étaient des médecins n’appartenant pas au SU, 1488 (9%) étaient des infirmières du SU et 445 (3%) étaient des infirmières n’appartenant pas au SU. Bien que le nombre de patients au SU reste constant, les visiteurs et employés hors SU variaient dans une large mesure, le nombre de visiteurs connaissant un pic dans l’après-midi et le nombre d’employés n’appartenant pas au SU diminuant considérablement le soir. Le SU était bondé en permanence, avec un taux d’occupation moyen de 130%. Discussion: Les niveaux d’employés fluctuaient de manière prévisible, se réduisant la nuit et les weekends, alors que les niveaux de patients restaient constants. Le nombre de médecins n’appartenant pas au SU faisait plus que doubler pendant la journée sur les quarts de la semaine, de manière beaucoup plus significative que le nombre de médecins du SU, suggérant que nombre des patients se présentant au SU étaient susceptibles d’être admis. Le nombre de visiteurs était substantiel pendant les heures de visite et venait encore agraver l’affluence. Des études n’impliquant que peu de ressources sont importantes pour étudier l’affluence dans des pays à faibles et moyens revenus.

Please refer to this item in SUNScholar by using the following persistent URL: http://hdl.handle.net/10019.1/104115
This item appears in the following collections: